BO dossiers    BO thèmes
BIENVENUE sur CHRONORAMA
"LE BIORAMA A"

1 à 10 sur 135
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10  ·   ·  ·   Accueil
 
Aabel
Hauk


Forde
Norvège

Hauk Aabel 1869-1961


Hauk Aabel naît le 21 avril 1869 à Forde, en Norvège. Fils de Morten Andreas Leigh Aabel et Wilhelmine Louise Collett. En 1897, il débute au théâtre de Christiania à Oslo. Il fut un acteur d'avant-garde pour le théâtre norvégien. En 1917, il apparu dans des films muets en Suède. En 1927, il rentre au pays où il travailla dans quelques films. Au cours de sa carrière il ne joua que dans 9 films : - “Alexander Des Store” (1917) (production suédo-danoise) - “Troll Elgen” (1927) (production norvégienne) - “Den Store Barnedapen” (1931) (production norvégienne) - “A Happy Boy” (1932) (production norvégienne) - “Jeppe Pa Bjerget” (1933) (production norvégienne) - “Du Hart Lovet Mig En Kone !” (1935) (production norvégienne) - “Morderen Uten Ansikt” (1936) (production norvégienne) - “Whalers Valfangare” (1939) (production suédoise) - “Il Etait Une Fois” (1941) de George Cukor avec Joan Crawford et Melvyn Douglas Il fut marié à Svanhild Johannessen. Ils eurent un fils : Per Aabel (1902-1999) devenu comédien à son tour. Hauk Aabel est décédé le 12 décembre 1961 à Oslo, en Norvège.



Aalto
Aino


Finlande

Aino Aalto 1894-1949


Aino Aalto (Née Aino Marsio; en 1894 et morte en 1949) est une architecte et designer finlandaise. Elle épouse Alvar Aalto en 1924 et conçoit avec lui des meubles. En 1935 ils créent la Artek, une entreprise de luminaires et de meubles. Aino Aalto a également dessiné beaucoup de verreries pour Iittala. Son vase le plus connu est toujours en vente et de nombreuses copies sont commercialisées notamment par IKEA. Elle collabora aussi avec son époux au design du célèbre vase Savoy.



Aalto
Alvar


Kuortane
Finlande

Alvar Aalto 1898-1976


né le 3.2.1898 à Kuortane (Finlande),décédé11.5.1976 à Helsinki, citoyen finlandais. Diplômé en architecture de l'Ecole polytechnique d'Helsinki (1921), Aalto exerça sa profession à Jyväskylä (dès 1923), à Turku (dès 1927) et depuis 1934 à Munkkiniemi (Helsinki). Engagé dans une recherche expressive visant à dépasser le langage rationaliste, A. conçut des édifices et des plans urbains en fonction de l'environnement et des matériaux.
La bibliothèque municipale de Viipuri (1927-1935) et le sanatorium de Paimio (1929-1933), en Finlande, sont à ce titre exemplaires. Auteur de nombreuses constructions en Europe et aux Etats-Unis, A. jouissait d'une renommée internationale. Avec la Suisse, il entretint des rapports privilégiés: il y séjourna régulièrement et, dès 1945, accueillit de nombreux architectes suisses.


Abad
Diego


Reyero
Espagne

Abad de Santillan Diego 1897-1983


En 1922 Diego Abad De Santillan partait pour l’Allemagne pour y poursuivre des études de médecine qu’il ne termina pas. Corresponsant de La Protesta et de son supplément littéraire, il se liait à Hambourg et à Berlin à l’anarchisme militant : Emma Goldman, Piotr Archinov, Alexander Berkman, Voline, Alexandre Schapiro, Nestor Makhno, Fritz Katter, Max Nettlau et Rudolf Rocker dont il sera le traducteur en espagnol. Il participait au congrès de fondation de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) et c’est lui qui aurait proposé de reprendre le sigle de la première internationale. Il défendait à l’époque les thèses de l’anarchisme pur et dénonçait les tendances syndicalistes comme étant réformistes. 1926 il rentrait en Argentine et participait très activement à la campagne en faveur de Sacco et Vanzetti. Il participait en 1929 à la fondation de l’ACAT dont il avait rédigé la déclaration de principes et prenait position en faveur de la tendance révolutionnaire au sein de la FORA. Après le coup d’état militaire du général Uriburu en 1930 il se réfugiait à Montevideo. Après avoir assisté en 1931 au congrés de la CNT à Madrid, il retournait à Montevideo puis rentrait clandestinement en Argentine et relançait les activités de la FORA tout en préparant une campagne en faveur des exilés. Vers le milieu de l’année 1933 il rentrait en Espagne où il animait les groupes « Z » et « Nervio » de la Fédération Anarchiste Ibérique (FAI) et s’opposait au trentisme. Il collaborait alors à Solidaridad Obrera et à l’édition de l’organe de la FAI Tierra Y Libertad ainsi qu’à la revue Tiempos Nuevos. En 1935 il était nommé secrétaire du Comité péninsulaire de la FAI. Délégué au congrès de mai 1936 à Saragosse, il y tentera en vain d’y faire adopter ses conceptions économiques. Acceptant d’appliquer les accords de l’organisation sur la participation gouvernementale, il était nommé en août représentant la FAI au Conseil de l’économie de la Généralité de Catalogne, puis à un poste de ministre de la Généralité qu’il occupera de décembre 1936 à mars 1937. Il tentera vainement ensuite de convaincre le président Azaña de renverser le gouvernement pro communiste de José Negrin. Exilé en France à la fin de la guerre civile, Diego Abad De Santillan parviendra à embarquer peu avant la seconde guerre mondiale pour l’Amérique latine. Il séjournera d’abord à Saint Domingue, puis au Chili et enfin en Argentine.



Abad
Inocente


Fuentenebro
Espagne

Abad Garcia Inocente 1912-1990


Inocente Abad Garcia avait émigré très jeune en Catalogne où en 1932 il travaillait aux mines de potasse de Manresa et adhérait à la CNT. Mis sur une liste noire patronale à la suite de son acticvisme il était obligé d’abandonner Manresa puis Sallent. Pendant la guerre civile il a été milicien dans la Colonne Tierra y Libertad et a combattu à Tolède, Madrid et en Aragon. Exilé en France le 12 février 1939 il a été envoyé dans une compagnie de travailleurs à l’arsenal de Rennes où il travaillera jusqu’à l’arrivée des allemands. Il avait ensuite travaillé au barrage de l’Aigle (Cantal) où se réorganisait la CNT. Arrété par les allemands pour ses activités dans la résistance, il fut emprisonné et torturé.



Abad
Julian


Espagne

Abad Guitart Julian


Militant de la CNT de Tarrasa dès les années 1920, Julian Abad Guitart, qui avait ensuite adhéré à la Fédération Anarchiste Ibérique (FAI), avait activement participé à la grève générale insurrectionnelle de février 1932 et en particulier à la prise de la mairie, ce qui lui valut d’être arrêté en mai. Dérenu à Barcelone, il fut condamné en 1934 à vingt ans de prison. Il aurait été emprisonné par les franquistes en février 1939. Julian Abad Guitart est mort en exil en France pendant la seconde guerre mondiale.



Abad
Manuel


Almeria
Espagne

Abad Bermudez Manuel 1892-1973


Manuel Abad Bermudez qui avait déserté de l’armée dans les années 1920 s’était exilé d’abord en France puis en Italie. Retourné en Espagne à la proclamation de la République, il militait en 1936 à la CNT d’Angles où pendant la révolution il allait participer à la collectivisation de l’industrie du bois et de la décoration. A la fin de la guerre civile il se portait volontaire pour assurer l’évacuation des femmes et des enfants restés à Angles. Passé en France lors de la retirada il était interné au camp d’Argelès où dès le 15 février 1939 s’entassaient 75.000 réfugiés à même la plage. Puis Manuel Abad fut enrôlé dans la 226ème Compagnie de Travailleurs Etrangers à Bram avant d’être affecté le 22 janvier 1941 au 412ème Groupement de travailleurs étrangers. Pendant l’occupation allemande il participait à la réorganisation de la CNT et après la libération militait à la Fédération locale de Bram jusqu’à son décès dans cette ville en 1973.



Abad
Manuel


Mellila
Espagne

Abad Gonzales Manuel 1906-1991


Manuel Abad Gonzalez qui militait au syndicat des transports de la CNT de Melilla, a combattu pendant la guerre civile dans les rangs de l’armée républicaine. Fait prisonnier en 1938 par les franquistes, il a été emprisonné plusieurs années. A sa libération il était passé en France où il continuait de militer dans le mouvement libertaire espagnol en exil en particulier à Lyon (1967). A la mort de Franco il était à Palma de Mallorca où en 1975 il était l’un des réorganisateurs de la CNT. Manuel Abad González est mort à Palma le 31 septembre 1991.



Abadia
José


Almudevar
Espagne

Abadia José « BARBAS » 1908-1961


Militant du syndicat paysan de la CNT, José Abadia, qui en juillet 1936 avait participé à la lutte contre le fascisme dans son village natal et à Tardiente, s’était laissé poussé la barbe pendant la guerre civile ce qui lui vaudra son surnom de Barbas. En exil en France il a travaillé comme ouvrier agricole tout en continuant à militer à la CNT en exil. José Abadia est mort à Foix le 14 mai 1961.



Abadie
Jean Marie


Saint-Gaudens
France

Jean Marie Charles Abadie 1842-1932


Jean Marie Charles Abadie, né à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) le 25 mars 1842 et mort en 1932, est un médecin ophtalmologiste français. Il obtient son doctorat en médecine en 1870 et exerce à l'Hôtel-Dieu de Paris. Il s'intéresse particulièrement au traitement du trachome et du glaucome et fut le premier à réaliser l'alcoolisation du ganglion de Gasser comme traitement de la névralgie du trijumeau. Il a laissé son nom au « signe d'Abadie » en ophtalmologie : la rétraction de la paupière supérieure observée dans la maladie de Basedow. Ce signe est dû à une activité augmentée du muscle releveur de la paupière supérieure (Levator palpebrae superioris).



 

1 à 10 sur 135
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10  ·   ·  ·   Accueil